Peut-on faire du jeu un outil pédagogique efficace à l’apprentissage des maternelles ? Aperçu

Emilie BOURDON, Juin 2006, Exposé "Oboulo"

Pour le plus grand nombre de nos concitoyens, le jeu est perçu comme un simple divertissement, un luxe superflu opposé à la notion de travail. Dans l’éducation, le sens commun envisage le jeu comme l’ennemi des apprentissages. Le plaisir de jouer détournerait l’apprenant des efforts et de la rigueur, principaux éléments constitutifs à l’apprentissage.

On oppose classiquement le jeu au travail. Dans le premier il n'y a pas d'obligation, pas de production autre que le plaisir. Dans le second, les productions sont évaluées, contrôlées. Il existe donc une différence de fonction. Ce que l'on a l'habitude de pratiquer à l'école c’est le travail sous contrainte avec une rentabilisation alors que pour le jeu, c’est une liberté gratuite.

Cependant le jeu prend en compte la motivation de l'enfant et son plaisir qui peuvent être bénéfiques pour l’apprentissage. En fait, on pourrait dire que le jeu est le travail de l’enfance et notamment à l’école maternelle.

Dotée d’une identité originale et d’une culture adaptée à l’âge et au développement des enfants qu’elle accueille, l’école maternelle met en œuvre une pédagogie spécifique. La pédagogie se définit alors comme une méthode d’enseignement ou encore la science de l’éducation des enfants. Ce serait donc principalement par le jeu et l’expérience que le jeune enfant construit ses acquisitions fondamentales.

Sommaire 
  1. Les controverses autour du jeu en classe
    1. Le jeu, un élément indispensable à la formation de l'enfant
    2. La classe, un lieu où le jeu n'a pas ou peu sa place
  2. La complexite autour de la mise en place du jeu en classe
    1. Une organisation longue mais nécessaire
    2. Les difficultés rencontrées lors du jeu
  3. Notre expérience a l'ecole Emile Zola
    1. Notre phase d'observation
    2. Nos résultats